Se débarrasser de 10 mauvaises habitudes pour se sentir heureux(se)

Parce que certaines habitudes sont tellement enracinées dans nos routines quotidiennes, il est très probable que celles-ci deviennent toxiques et nuisent à notre bonheur. Le bonheur est une décision qu’on prend le matin.

 Pensez-y l’action naît de nos désirs fondamentaux :  ce que nous faisons nous empêche de nous sentir insatisfait et ce que nous ne faisons pas, nous empêche de nous sentir complètement satisfaits . 

Mickaël de @mangezcochons

Le bonheur est un état de bien-être mental et émotionnel. En fait, tout dépend en grande partie des choix que nous faisons  dans la vie de tous les jours. Avoir un cœur léger et un esprit ouvert signifient qu’on  y travaille quotidiennement pour conserver cet état.

Bien sûr, toutes les habitudes ne sont pas néfastes, c’est à vous de savoir quelles sont les actions qui vous rendent heureux ou au contraire malheureux. 

Il arrive que le bonheur ne dépende pas toujours de nous et que les aléas de la vie obscurcissent un peu nos journées ou une période de notre existence. Alors, comment trouver le bonheur ? Les personnes heureuses arrivent à évacuer de leur vie plusieurs habitudes néfastes. Cette action peut-être consciente ou non.

Pour moi vivre, ressentir les émotions ici et maintenant au présent est un principe essentiel. Dans cet article . Je vous propose d’explorer, ce qui  constitue un point de départ pour travailler à créer son propre bonheur sans devoir courir. Il existe sûrement beaucoup d’autres habitudes qui sont néfastes à notre bien-être.  N’hésitez pas à partager vos expériences après avoir lu cette chronique.

 Quelles sont les 10 habitudes à abandonner pour trouver le bonheur ?

Les 10 habitudes citées ci-dessous ne sont pas des injonctions, ce sont des champs à explorer pour vous aider dans votre développement personnel pour vous aider à vous épanouir.

1- la procrastination

« Pourquoi remettre à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui? ».Ceux qui reportent toujours des tâches importantes à une date ultérieure le font généralement pour deux raisons : 

  • La première raison est que : les taches à accomplir causent soit de l’anxiété, soit du stress.

Le professeur Piers Steel, psychologue de l’université de Calgary, a passé plus de dix ans à comprendre pourquoi les personnes remettaient au lendemain ce qu’elles pouvaient faire le jour même. 

Selon lui, Les procrastinateurs sont plus impulsifs, irréguliers,  moins soucieux des détails et de leurs obligations envers les autres. 

Afin de briser ce cercle vicieux, vous pouvez réaliser une activité que vous aimez en équilibrant l’équation qui régit la procrastination  : 

M = l’utilité ou la motivation, plus nous sommes motivés moins nous procrastinons

E = l’espoir de réussir une action. On repousse davantage les choses si on a peur d’échouer

V = la valeur de la réalisation, nous procrastinons davantage si la mission est peu intéressante

I = l’impulsivité, c’est la difficulté à se concentrer sur des buts à long terme

D = le délai d’une tâche. Là encore, plus elle est éloignée, plus nous remettons les choses au lendemain

La combinaison de ces différents facteurs a permis à au Pr Steel d’établir sa fameuse « équation de procrastination » : « Motivation = (Espoir x Valeur)/ (Impulsivité x Délai) ». 

Comme l’indique la formule, plus l’espoir de réussite et la valeur accordée à la tache sont faibles, plus grande sera la procrastination. Plus grands seront l’impulsivité et le délai avant la récompense, plus la tendance à la procrastination augmentera. 

  • La deuxième raison est que : Certains d’entre nous ne font que parler, n’engagent aucune d’action réelle . Surtout quand il s’agit d’objectifs personnels et de ce que nous voulons vraiment de la vie. 

Quels sont vos rêves et vos aspirations ? Voulez-vous marcher sur le sentier de saint jacques de compostelle, faire l’ascension du Mont Blanc ou devenir professeur de yoga ? Qu’est-ce que vous avez toujours voulu essayer, de faire, de voir ou d’explorer ?

Nous avons tous des rêves et des désirs, mais beaucoup d’entre nous font peu ou pas d’actions pour y arriver. Nous procrastinons parce que nous pensons que nous avons toujours plus de temps. 

La réalité, c’est qu’on a tout notre temps, mais qu’il passe vite. 

Nous nous réveillons un jour, nous réalisons que nous sommes sur le point d’avoir 50 ans et nous paniquons parce que nous pensions avoir beaucoup plus de temps pour réaliser nos rêves – en fait nous avons plutôt tergiversé et gaspillé le temps. Le bonheur exige de l’action, même si c’est difficile ou si nous sommes incertains.

 « La vie n’est pas trop courte, c’est nous qui la perdons. » Telle est la réponse de Sénèque face à ce qui paraît, aux yeux des médecins, des poètes et des philosophes, comme une injustice pour les scientifiques la vie est courte par nature.

Paradoxalement, il n’est pas toujours néfaste de remettre les choses au lendemain. Cette mauvaise habitude pourrait même avoir des vertus méconnues. Car  certains les procrastinateurs sont bien souvent des procrastinateurs organisés : en remettant leurs tâches à plus tard, ils privilégient d’autres activités. 

2. Rester enfermé chez soi

Notre mode de vie est de plus en plus sédentaire. Le style de vie à l’occidentale fait que nous passons, pour la plupart d’entre nous, une grande partie de notre temps derrière des écrans:  nos ordinateurs, le smartphone et la  télévision. Nous ne ne devrions pas avoir besoin ou chercher une raison pour sortir. Rester à l’intérieur bloque le bonheur parce qu’il empêche la lumière de traverser les pores de notre peau. 

Il existe des algorithmes  d’hygiène de vie tout simple  : Le soleil, la lumière réchauffe notre corps et notre esprit, sortir nous permet de respirer de l’air frais et d’oxygéner nos poumons. S’aérer, c’est bon pour le moral et permet de lutter contre le surpoids (cqfd).

Nous passons 80 % de notre temps dans des espaces clos et souvent peu ou mal ventilés et nous respirons  au travail, à la maison, dans les lieux publics, un air chargé de polluants dit d’intérieur. Alors sortez,  aussi souvent que possible et observez comment votre humeur change. Je me sens encore  plus apaisée et mieux revigorée le week-end après une longue balade. 

Rosiers du jardin 2019

Tout comme la méditation, sortir de chez soi pour aller se promener dehors, au contact avec la lumière naturelle, aide à nous relaxer et à nous vider la tête. Ces deux bénéfices sont particulièrement utiles dans une société où on nous demande d’être efficace, hyper-connectés et toujours alertes sur plusieurs fronts à la fois.

3. Nous  accumulons pleins d’objets et notre intérieur n’est pas organisé :

Pourquoi gardons-nous tant de choses ? Peut-être pour conserver des souvenirs matériels ? 

Avoir trop d’encombrement dans et autour de notre espace de vie encombre  l’esprit. Quand nous rangeons et purgeons la pagaille de chaque pièce de notre maison, cela libère les espaces, ouvre notre champs de vision et donne la sensation d’apaisement .

Personnellement si un objet ne me sert pas d’une manière ou d’une autre, je dois m’ en débarrasser ( je fais un don ou je le vends pour lui permettre d’avoir une seconde vie auprès de quelqu’un d’autre). Lorsque nous gardons notre intérieur bien rangée et que les tâches ménagères sont terminées, nous ressentons souvent un sentiment de sérénité.

4. Nous regardons trop de télé-réalité, trop de séries TV

Nous regardons d’autres personnes vivre leur vie au lieu de vivre notre propre vie. Nous sommes divertis par les arguments, les problèmes et les activités quotidiennes de personnages de fiction . Nous regardons les gens sortir pour manger, nous les regardons boire et fumer, nous les regardons se disputer et crier,pleurer, s’aimer et se séparer. Nous les regardons vivre dans des villas et ils se plaignent de problèmes qui ne sont pas des problèmes. Nous les regardons tout faire sauf aller travailler. Nous nous s’emballons sur les péripéties de leur vie dans ces émissions. Sauf que leurs vies ne sont pas authentiques.

Quand nous nous perdons dans la version de la réalité de quelqu’un d’autre, nous ne nous confrontons pas à notre propre réalité. Visionner ces émissions sont comme un plaisir coupable comparables aux  bonbons, la nourriture trop riche (food porn) , les drogues et l’excès d’alcool :  trop de ces plaisirs sont mauvais pour notre stabilité mentale.

En effet : « Regarder trop de télévision peut tripler notre soif d’avoir plus de biens, tout en réduisant notre satisfaction personnelle pour chaque heure que nous regardons par jour.

5. Nous vivons dans le futur et dans le passé au même moment

Nous avons la nostalgie du bon vieux temps, ou nous continuons à penser que demain sera différent. Nous oublions souvent que la seule vie que nous avons besoin de faire est dans le moment présent. Souhaiter pouvoir changer le passé n’a jamais, dans l’histoire de l’humanité, changé le passé. Et bien qu’il soit bon de penser à l’avenir de façon positive, il faut prendre conscience que l’avenir se déroulera sur la base sur les choses que nous faisons dans le présent. Parfois, c’est complètement imprévisible mais  il n’y a aucune raison de se laisser emporter par ce que demain apportera. Il se motiver à être l’acteur de sa propre vie.

« Le secret de la santé du corps et de l’esprit n’est pas de pleurer le passé, ni de se soucier de l’avenir, mais de vivre le moment présent avec sagesse et sérieux. »

(Citation d’un sage bouddhiste) 

6. Trop de oui et pas assez de non

Trop souvent, nous sommes mis à rude épreuve – physiquement, mentalement, au travail, à la maison et dans plusieurs de nos relations. La plupart du temps, on n’y peut rien, mais si nous sentons mal parce que nous sommes  tiraillés et dispersés, nous pouvons dire non pour nous sentir apaisé.

Quand nous commençons à être alignés avec nos valeurs, nous créons notre propre bonheur qui devient une priorité. Si nous vivons en accord avec nos valeurs, nous demeurons décisionnaire de notre propre vie au lieu de plaire aux autres afin de gagner l’amitié ou d’obtenir des éloges. (n’hésitez pas à aller lire mon article sur le pouvoir de dire non)

Lorsque nous sommes en accord avec soi  même tout devient plus fluide. 

Parfois la peur, l’ego, la méconnaissance de ses propres valeurs nous empêche d’être alignés. Pour changer cette mauvaise sensation, il faudra faire des choix profonds pour se libérer, cela demande de sortir de sa zone de confort ( affronter ses peurs, quitter des personnes ou un travail) .

« Quand tu dis oui aux autres, assure-toi de ne pas te dire non à toi-même. » ~ Paulo Coelho

 7. Faire des dépenses frivoles

L’argent rentre, l’argent sort. Nous savons d’où ça vient, mais où tout cela mène-t-il ? La plupart du temps, nous achetons une abondance d’articles dont nous n’avons tout simplement pas besoin. Nous achetons des vêtements, de nouveaux téléphones, des bijoux. Nous passons des week-ends à faire  du shopping à IKEA, où nous achetons une quantité de petits objets à petit prix. Et c’est une ruée parce que ce sont des choses amusantes mais nous n’en avons absolument  pas besoin pour améliorer notre quotidien. 

La plupart du temps, il s’agit de choses que nous achetons parce que nous aimons leur apparence. Nous pensons que cela nous rendra heureux. Nous sommes attirés par les gadgets, le marketing et les jolis emballages. Personne n’a besoin d’un organiseur de bijoux enroulable. Personne n’a besoin de 15 paires de chaussures dans son placard. Quand nous décidons ce dont nous avons besoin plutôt que ce que nous voulons, nous décidons que le bonheur ne vient pas des choses. Les choses peuvent être amusantes, mais posséder trop de choses bloquent le chemin vers la liberté. Et se sentir libre est une composante du bonheur.

« Un budget, c’est dire à votre argent où aller au lieu de se demander où il est allé. » 

La consommation est devenue la morale de notre monde. La société de consommation est devenue le DIEU de l’homme. Vous en doutez ? 

Aujourd’hui, Elle est en train de détruire les bases de l’être humain, c’est-à-dire l’équilibre de la pensée et de la morale . 

Pour nous atteindre, les publicitaires se servent aussi de nos défauts. « Nous sommes narcissiques, alors on nous vend des produits L’Oréal “parce que nous le valons bien”. La société de consommation : elle rend le consommateur responsable de ses choix, c est une vaste utopie, en réalité, ce sont les producteurs qui ont le contrôle.

« Pense par toi-même. Ne laisse pas la société le faire à ta place »

8. Nous critiquons les autres 

Qui ne le fait pas ? C’est facile de se moquer des autres ici et là. C’est particulièrement facile de le faire dans leur dos. Nous roulons les yeux et agissons comme si le comportement de l’autre personne (ou sa tenue, son message sur Facebook ou sa couleur de cheveux) . Généralement ça se traduit comme cela pour les filles : «Tu l’as vue dans cette robe ? » En roulant de œil et en lançant un soupir et le rire nerveux qui va avec. En attendant, nous aimerions porter cette robe, si seulement nous pouvions nous sentir aussi confiantes qu’elle semble l’être.

Il est toujours important de se rappeler que nos propres peurs, insécurités et appréhensions guident les ragots. Avant de souligner les défauts des autres et surtout pour garder notre cœur « léger  », échangez de la gentillesse contre les ragots (même si nous pensons que la critique que nous allons émettre est inoffensive).

A l’échelle de la société, le « bashing » est d’ailleurs devenu un sport national. La presse s’anime rien que brûler leurs idoles. Les réseaux sociaux offrent, par leur anonymat et leur instantanéité, une plate-forme idéale aux persifleurs de tout poil. La faute au cynisme de l’époque, diront certains, mais pas seulement. Car le plaisir de médire ensemble semble répondre à des besoins psychosociologiques spécifiques: déverser du ragot, c’est bien sûr ressentir ce sentiment délicieusement honteux et transgressif de sortir un peu des clous de la bienséance et de la morale qui voudraient que l’on reste poli et mesuré à l’endroit de ses collègues, amis ou membres de sa famille.

Les grands esprits discutent des idées, les esprits moyens discutent des événements, les petits esprits discutent des gens.

9. Nous nous comparons aux autres :

Notre maison est petite et votre maison est grande. Nous conduisons de vieilles voitures, alors que les vôtres sont toujours neuves. Quelqu’un en aura toujours plus. C’est ainsi mais Devrions-nous nous complaire dans les comparaisons ou devrions-nous nous concentrer sur l’amélioration de nous-mêmes et de notre situation ? Quand nous sommes heureux  et que nous savons que ce que nous avons est suffisant, nous pouvons nous réjouir quand de bonnes choses arrivent aux autres.

« Ne vous comparez à personne au monde, si vous le faites, vous vous insultez. » Bill Gates.

Se comparer aux autres est un travers que nous sommes nombreux à avoir: regarder chez le voisin pour vérifier que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Autrement dit, nous comparer et jauger notre bonheur en fonction de celui d’autrui. C’est une habitude qui est  loin de nous rendre heureux et qui a tendance à nous dévaloriser.

Rappelez vous  que chaque être humain est unique et par conséquent nous devrions travailler à revendiquer nos goûts et nos désirs profonds, sans être dans une compétition anxiogène avec les autres.

 10. Nous donnons la priorité aux choses qui n’ont pas d’importance

Nous avons tous moins de 3 heures par jour (avec un peu de chance) pour faire les choses qui sont les plus importantes pour nous,car le reste du temps nous travaillons. Beaucoup de choses que nous disons vouloir prioriser sont reléguées  de la liste de nos envies. Par exemple, nous disons que nous voulons faire du sport et manger plus sainement, mais il est souvent facile de trouver des excuses pour ne rien faire. Nous laissons nos excuses l’emporter sur nos priorités. Par conséquent, l’exercice et une alimentation plus saine ne sont pas des priorités après tout.

Nous perdons notre concentration lorsque nous accordons plus d’attention à nos smartphone ou lorsque nous achetons impulsivement. Nos téléphones , les réseaux sociaux et nos achats accumulées deviennent les priorités plutôt que nos enfants, notre santé ou nos finances.

Lorsque nous réévaluons nos habitudes quotidiennes, nous voyons souvent comment les excuses et les comportements nuisibles contribuent à nous éloigner de ce qui est vraiment important, ce qui nous empêche d’être heureux et en paix .

Lorsque nous nous engageons dans ces pratiques addictives , nous bloquons essentiellement notre propre vie.

Nous sommes censés trouver la joie dans des choses simples.

Se lever, sortir, nous éloigner de la télévision, garder notre portefeuille dans nos poches, empêcher les mots nuisibles de sortir de notre bouche et établir des priorités pour ce qui compte.

« Le chemin le plus clair vers le bonheur émerge quand ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites sont en harmonie. » Mahatma Gandhi

Références bibliographiques pour cet article:

  • Livre la magie du rangement de Marie Kondo 
  • -S’organiser pour réussir, de David Allen (Leduc Éditions)
  • -Organisez votre vie avec le Mind Mapping, de Pierre Mongin et Xavier Delengaigne 
  • livre audio arrête de te plaindre et bouge toi 
  • Les 5 clés du comportement: Construire soi-même son optimisme, du Pr Michel, Lejoyeux 
  • La Société de consommation jean baudrillard ( folio) 

N’hésitez pas à liker et partager vos expériences sur votre recherche du bonheur après avoir lu cette chronique.

Christelle de @mangezcochons

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Bravo super article, mais si je peux me permettre un conseil, divisez les articles, là c’est trop long.
    En plus si vous aviez divisé, vous auriez eu 10 articles pour votre blog à faire paraître petit à petit pour les 10 prochaines semaines!
    Au plaisir de vous lire à nouveau

    Aimé par 1 personne

  2. roijoyeux dit :

    coucou merci pour ces conseils pleins de sagesse, je pratique déjà la plupart par intuition sauf le 5 et le 9 alors je m’y mets merci !!

    Aimé par 1 personne

Répondre à roijoyeux Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s