L’importance de la conscience de soi

Il semble  apparaître que la conscience de soi serait nécessairement synonyme d’une connaissance de soi. 

En effet, la  conscience de soi permet d’apprendre à se connaître au fil de ses propres expériences et s’enrichit à chaque fois de nouveaux savoirs sur elle-même et sur son propre fonctionnement. Néanmoins, cela signifie t’il pour autant qu’elle puisse prétendre à une connaissance totale d’elle-même ? Comment expliquer alors que le chemin de la conscience soit semé d’embûches ? Comment comprendre les erreurs et les regrets ? Comment expliquer que nous faisons des choses qui semblent plus fortes que nous ? Faudrait-il affirmer que  nous ne sommes que conscience claire et raisonnable et que nous ne soyons déterminés par aucune cause ? Cette thèse semblerait insuffisante à la vue de la vie réelle de la conscience humaine et nous devons donc nous interroger sur la possibilité d’une conscience de soi qui ne rimerait pas nécessairement avec une connaissance de soi mais que cela va au delà.

La littérature scientifique et philosophique regorge de publications dont les titres contiennent le mot consciousness. Trop souvent, ce terme n’y est tout simplement pas défini ; certains auteurs prêtent à ce mot une signification très large , et d’autres, une signification très précise. Une confusion courante règne lorsqu’il s’agit de distinguer entre elles les notions de consciousness et de seIf-consciousness, où le premier terme est souvent pris comme signifiant le second. De plus — ce qui ne fait qu’aggraver une situation déjà gênante —, le terme français conscience réfère généralement au terme anglais seIf-consciousness, et le terme anglais consciousness, au terme français conscience de soi. Et tout ceci sans parler des termes mindself 

Définitions générales du concept de conscience :

– Du latin conscientia : connaissance partagée avec un autre

– Sens psychologique : connaissance, intuition ou sentiment qu’un sujet possède de lui-même, de se états et de ses actes

– Sens moral : capacité de formuler des jugements moraux, sur le bien et le mal

En philosophie, La conscience est la faculté par laquelle l’homme est capable de penser ce qu’il vit et dès lors de se penser lui-même. On pourrait donc admettre que la conscience que l’on prend de soi-même équivaut à une connaissance de soi.

L’expression « conscience  de soi »  peut avoir deux sens :

→ 1. Elle désigne la connaissance qu’a l’homme de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes.

→ 2. Elle désigne la capacité qu’a l’homme de faire retour sur ses pensées ou ses actions. 

Contrairement à ce qu’on a inculqué à la plupart de d’entre nous depuis l’enfance, ce n’est en se faisant du mal et en s’acharnant au travail et en vivant dans un état de stress permanent  que l’on aura une vie professionnelle et personnelle épanouie 

Avec le rythme de la vie moderne, la pression sociale, les distractions technologiques des réseaux sociaux  ,   on peut  se perdre en ayant une absence d’objectivité. On peut oublier qui l’on est vraiment. On peut oublier  de penser , on peut douter de  son  potentiel en se comparant aux autres. 

On peut croire que l’on ne possède pas de talents pour faire des choses aussi incroyables que les autres. 

Qu’est ce que cela signifie en pratique  avoir conscience de soi ?

Pour avoir avoir conscience de soi  il faut à d’apprendre à se connaitre, savoir ce qu’on fait le mieux, connaitre qu’on aime et ce que l’on n’aime pas , accueillir ses émotions dans le moment présent 

La première étape pour avoir conscience de soi avant de pratiquer  pratiquer une technique de développement personnel ou de lire ou de rechercher des articles sur ce sujet c’est de se répéter intérieurement à soi même   :

Je suis absolument parfaite ou parfaite maintenant.

Dites-vous   intérieurement  et sincèrement  cette phrase à chaque fois que vous débutez votre journée .

Se répéter cette formule touts les jours est la meilleure aide que vous pouvez vous apporter par vous aider à avoir une bonne opinion de vous-même . Cette affirmation est un réel élan de motivation qui peut aider dans sa quête de réussie professionnelle ou personnelle

Accepter qui l’on est et apprendre à se réjouir de qui l’on est maintenant sans vouloir modifier ou rajouter quelque chose  . C’est la première étape avoir conscience de soi.

Tous les jours des gens luttent pour se sentir bien  et accomplis dans plusieurs domaines , tous les jours des gens sont obsédés par leurs désirs :

«  Je veux ….

«  Je veux me sentir bien dans mon nouveau travail »  

« Je veux developper mon entreprise et faire grandir mon business pour gagner beaucoup d’argent»

«  Je veux avoir de la joie tous les jours dans ma vie »

 Nous désirons, nous voulons , nous désirons et cela nous fait souffrir si nous n’atteignons pas notre objectif .

 Si nous ne savons pas comment le combler ce qui nous manque pour y arriver et ni comment l’arrêter la souffrance parce que nous avons échoué . Clairement ! peut on parler d’une conscience de soi dans ce genre perspective de vie.

Prendre conscience de soi permet de s’améliorer. 

Il faut pour cela avoir la volonté de se connaître soi-même et mettre en place des techniques pour être connecté à  soi  pour comprendre comment son cerveau fonctionne 

Prendre conscience de soi permet de corriger certains comportements destructeur  face à certaines situations . 

Car nos pensées decident et le cerveau agit.

Les routines émotionnelles fonctionnent d’elles-mêmes. Lorsqu’un déclencheur émotionnel se produit et vous répondez naturellement aux sollicitations en utilisant une routine bien ancrée dans son cerveau. Pour changer le mode opératoire il suffit de savoir ce qui se passe, une fois activé le déclencheur. C’est seulement ensuite que vous pourrez éventuellement corriger le logiciel qu’il met en œuvre. Il en est de même de nos habitudes. 

Avant d’être en mesure de modifier une réponse émotionnelle automatique, il faut prendre conscience de son existence.

 C’est la conscience de soi, l’une des quatre composantes clés de l’intelligence émotionnelle, qui sous-tend, d’ailleurs, les trois autres : le contrôle de nos émotions, la conscience sociale et l’interaction.

Prendre conscience de soi est un langage intérieur. Et cela  vous permettra d’atteindre tous vos objectifs vous  sentir mieux. Prendre conscience de soi c’est de travailler sur soi même .

Prendre conscience de soi permet de s’améliorer. 

Il faut pour cela avoir la volonté de se connaître soi-même et mettre en place des techniques pour être connecté à  soi  pour comprendre comment son cerveau fonctionne 

Prendre conscience de soi permet de corriger certains comportements destructeur  face à certaines situations . 

Car nos pensées décident et le cerveau agit.

Les routines émotionnelles fonctionnent d’elles-mêmes. Lorsqu’un déclencheur émotionnel se produit et vous répondez naturellement aux sollicitations en utilisant une routine bien ancrée dans son cerveau. Pour changer le mode opératoire il suffit de savoir ce qui se passe, une fois activé le déclencheur. C’est seulement ensuite que vous pourrez éventuellement corriger le logiciel qu’il met en œuvre. Il en est de même de nos habitudes. 

Avant d’être en mesure de modifier une réponse émotionnelle automatique, il faut prendre conscience de son existence.

 C’est la conscience de soi, l’une des quatre composantes clés de l’intelligence émotionnelle, qui sous-tend, d’ailleurs, les trois autres : le contrôle de nos émotions, la conscience sociale et l’interaction.

Prendre conscience de soi est un langage intérieur. Et cela  vous permettra d’atteindre tous vos objectifs vous  sentir mieux. Prendre conscience de soi c’est de travailler sur soi même .

Quelque soit la question que vous vous posez

La conscience de soit est une chose vraiment importante car  lorsque l’on est obsédé par ses  objectifs , on oublie   l’essentiel  pour se transformer en quelqu’un d’autre :

LE MANQUE DE CONSCIENCE DE SOI EMPÊCHE DE S’AMÉLIORER

Prendre conscience de soi ce n’est pas changer pour devenir une meilleure version de soi même mais de refléchir sur qui qui je suis.

Prendre conscience de soi c’est de  travailler sur la formule d’ingrédients qui fera me sentir mieux et s’ameliorer dans la connaissance de soi

Avoir conscience de soi c’est avoir la capacité de s’observer ,  pouvoir porter une attention particulière à ses actes, ses pensées, ses émotions et ses ressentis et les relier au contexte dans lequel on évolues à chaque instant. C’est pour cela que la conscience de soi est important pour se sentir bien

J’espère que ce podcast vous aidera et que vous l’avez apprécié 

N’oubliez pas de vous abonner au podcast  LA FORMULE sur spotify et au blog  « mangez.cochons.com »  avant de refermer cette page.

Merci de m’avoir lu et prenez le soin  pas de composer votre propre  formule à partir de ma liste d’ingrédients  pour vous sentir mieux.

Christelle pour @mangez.cochons 

Références bibliographiques 

Descartes, Le Discours de la méthode (quatrième partie) : le philosophe pense découvrir l’équivalence de la conscience et de la pensée

Emma SEPPALA Sur la piste du bonheur Éditeur : DE BOECK SUP 

Explication de texte : Descartes – le doute méthodique (première méditation métaphysique)

Explication de texte : Descartes -la découverte du Cogito (seconde Méditation métaphysique, quatrième partie du discours de la méthode)

https://www.facebook.com/groups/126881084800639/?source_id=1732242360375929
Le podcast de réflexion et de développement personnel

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. yoginours dit :

    « Nos pensées décident, notre cerveau agit » (je cite): En terme de méditation, comme de neurosciences, ceci n’est pas tout à fait exact, et, les découvertes sur les modes de décision et sur l’action, tendent à prouver que ce n’est pas notre cortex (lieu de création de la pensée) qui décide des choses importantes de notre vie (j’aime telle ou telle musique, paysage, personne, etc, ou j’ai peur/je dois me méfier de ceci ou de cela), mais bien notre cerveau émotionnel, soit notre cerveau primaire au niveau du ventre. Si j’ai peur de quelque chose, c’est ce cerveau qui donne l’ordre de fuir avant même que le cortex n’ait consciemment reçu cet ordre (1 milliardième de seconde avant, mais avant tout de même). Le problème, c’est que la vitesse de circulation de l’information à travers le réseau corporel (système nerveux) est si rapide (300 mètres/seconde), que l’on croit toujours que la décision vient de Nous(égo) et non de nos tripes (c’est plus noble!!!). Pour le reste, merci pour tes écrits. Bien à toi.

    J'aime

Répondre à yoginours Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s