Les 4 leçons que j’ai apprises de la pandémie COVID-19

Le COVID a profondément changé le monde, notre façon de penser et d’agir.

La période qui viendra après le COVID sera aussi un challenge à relever

Et j aimerai partager avec vous ce que j’ai appris pendant cette pandémie et quel sera le prochain challenge que j’ai choisi de relever

J’espère que ce partage d’expérience vous permettra d’évaluer votre propre situation et de définir votre propre challenge post COVID-19 parce que si cette pandémie peut être la pire expérience pour notre civilisation elle peut aussi la source d’une profonde remise en question tant au niveau personnel ou collectif

Ce choix nous appartient

Chris Lo illustrations

Leçon 1 : Les plans élaborons et les objectifs que fixons ne sont que des souhaits.

En 2019 nous avons tous fait des résolutions pour l’année 2020 . On le fait chaque année et on l’a aussi fait en 2021 ( projet d’achats d’immobilier, vacances, projets de mariage , de se lancer dans l’entreprenariat…, à cause de la pandémie, tout le monde a annulé ses projets et tout le monde a du changé ses plans. Nous sommes en 2021 et combien on atteint leurs objectifs ?

C’est pour cela que je me permets d’écrire que les projets, les objectifs ne sont que des souhaits, des désirs que l’on aimerait voir accomplir, un projet que l’on aimerait voir aboutir . Mais avant cet aboutissement cela ne veut rien dire . Je ne suis pas entrain de vous dire qu’il ne faut plus faire des plans ou penser à se donner des objectifs. Cela veut juste dire qu’on doit inclure des variables, se montrer plus flexible et que les choses se sont pas définies à l’avance .

Je crois qu’il ne faut surtout pas se sentir coupable quand les choses n’avancent pas aussi vite que l’aurait pensé ou les plans ne réalisent pas et que les objectifs ne sont pas attendus se sont pas satisfaisants

l’homme n’est rien d’autre que son projet, il n’existe que dans la mesure où il se réalise, il n’est donc rien d’autre que l’ensemble de ses actes, rien d’autre que sa vie. Sartre, L’existentialisme est un humanisme.

Sartre, L’existentialisme est un humanisme.
Les projets et les objectifs sont des souhaits et on se sait pas à l’avance si les plans que nous avions établis vont se dérouler au rythme que nous l’avions décidé parce qu’on ne pourra jamais contrôler ce qui va se produire dans le monde ou à une échelle plus petite dans notre vie.

Leçon 2 : La santé mentale est indispensable

La santé mentale inclue le bien être dans ses l’émotions, son corps physique et psychologique . La santé mentale interagit sur comment nous pensons, nous nous sentons, comment nous agissons et cela affecte également sur nos interactions sociales et les choix que nous  prendrons. 
Chris Lo illustrations

Ce qu’il faut savoir

• La santé mentale fait partie intégrante de la santé; en effet, il n’y a pas de santé sans santé mentale.

• La santé mentale est déterminée par une série de facteurs socioéconomiques, biologiques et environnementaux.

• Il existe des stratégies et des interventions intersectorielles d’un bon rapport coût/efficacité pour promouvoir, protéger et recouvrer la santé mentale.

La santé mentale est une composante essentielle de la santé. La Constitution de l’OMS définit la santé comme suit: «La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité». Cette définition a pour important corollaire que la santé mentale est davantage que l’absence de troubles ou de handicaps mentaux.

La santé mentale est un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté. Dans ce sens positif, la santé mentale est le fondement du bien-être d’un individu et du bon fonctionnement d’une communauté.

La santé et le bien-être mentaux sont indispensables pour que l’être humain puisse, au niveau individuel et collectif, penser, ressentir, échanger avec les autres, gagner sa vie et profiter de l’existence. C’est pourquoi, la promotion, la protection et le rétablissement de la santé mentale sont des préoccupations centrales pour les personnes, les collectivités et les sociétés partout dans le monde et surtout en ce moment.

Les déterminants de la santé mentale

Des facteurs sociaux, psychologiques et biologiques multiples déterminent le degré de santé mentale d’une personne à un moment donné. Les données factuelles qui l’attestent le mieux sont les indicateurs de pauvreté, notamment les faibles niveaux d’instruction.

Les problèmes de santé mentale sont également associés aux éléments suivants: changement social rapide; conditions de travail éprouvantes; discrimination à l’égard des femmes; exclusion sociale; mode de vie malsain; risques de violence ou de mauvaise santé physique; et violations des droits de l’homme.

Le moral de la population est au plus bas depuis un 2020, le gouvernement peine à trouver les leviers nécessaires pour améliorer le quotidien des Français, rythmé par les restrictions sanitaires. Le taux de dépressions, notamment sévères, parmi les salariés a explosé, un an après le début de la crise sanitaire et le premier confinement, selon un « baromètre de la santé psychologique des salariés français en période de crise », réalisé par OpinionWay

COVID-19 et santé mentale des Français : quelle est la surveillance mise en place par Santé publique France ?

À l’initiative de la Direction générale de la santé (DGS), une plateforme d’écoute avec un numéro vert été mise en place pour détecter les cas d’urgence nécessitant une prise en charge médicale

Chris Lo illustration

Leçon 3 :RIEN N’EST PLUS PRÉCIEUX QUE LES CONTACTS HUMAINS

La distanciation sociale, la quarantaine et les restrictions de voyage nous interdisent de nous rapprocher physiquement les uns des autres, de nous serrer dans les bras et autres manifestations physiques d’affection. Elles nous empêchent de mener les rituels traditionnels si nécessaires en période de deuil.

Les processus de deuil sont vécus à différents niveaux. Ils nous laissent avec d’énormes défis au niveau personnel et collectif. En tant que communauté, nous avons la responsabilité de prendre soin de nous-mêmes d’une nouvelle manière, d’aller de l’avant et d’envisager un avenir meilleur pour les personnes vivant dans la précarité et l’instabilité pendant cette crise. Nous devons réimaginer les moyens de nous soigner pour renforcer encore nos liens familiaux et communautaires malgré la distance et les difficultés auxquelles nous sommes actuellement

Distanciation sociale ou distanciation physique ?

Au début de l’épidémie de coronavirus, le terme distanciation sociale était plus souvent appliqué. Mais l’adjectif “physique” est plus approprié car il évoque le corps de l’individu. Cette distance imposée n’empêche pas le lien social avec autrui. “Vous nous avez peut-être entendus utiliser l’expression distanciation physique au lieu de distanciation sociale… Mais cela ne signifie pas que nous devons nous déconnecter socialement de nos proches, de notre famille” a déclaré Maria Van Kerkhove dans un bulletin d’information de l’OMS relayé par Cordis1, service d’information sur la recherche et le développement de l’Union Européenne.  “Nous changeons pour parler de distanciation physique et c’est fait exprès, car nous voulons que les gens restent connectés”.  

Les interactions sociales directes / en présentiel ne pourront jamais être remplacées aussi facilement . Depuis le début de cette pandémie nous utilisons des technologies comme zoom ou FaceTime pour combler assurer/ entretenir nos relations sociales ou des liens avec des personnes qui nous manque . Ces techniques nous permettent d’être en relation avec n’importe qui sur la terre, elles facilitent la communication au quotidien par ses temps difficiles et nous rendent efficaces en télétravail, dans un domaine plus personnel elles nous permettent de découvrir des personnes de différentes cultures et leur idées, leur mode de pensées . Au pic de cette pandémie ce sont ces techniques de communication qui ont pu permettre a beaucoup d’entre nous de ne pas subir l’isolement et de se sentir humain . Mais elle ne remplaceront jamais les bénéfices qu’apportent les contacts physiques et Nous avons tous besoins de contacts physiques pour stimuler nos hormones et libérer l’ocytocine de notre cerveau qui assure notre bonheur

Quelles conséquences dans les lieux publics ?

Autre lieu, autre problématique. Souvenez-vous, les transports en commun, au lendemain du premier déconfinement, la reprise du trafic s’est accompagnée de mesures destinées à assurer le respect de la distanciation sociale, avec marquage au sol et sièges condamnés. Mais dès août, la RATP faisait machine arrière. « Désormais, seul le port du masque est obligatoire même si la distanciation physique est recommandée dès lors qu’elle est applicable », communiquait la régie des transports parisiens, assurant que toutes les rames seraient désinfectées quotidiennement. Alors, si la distanciation physique d’un mètre était déjà difficile à respecter en 2020 , sa révision avec les personnes vaccinées ne devrait pas être suivie de plus d’effets en 2021 .

Nous sommes des mammifères sociables et c’est inscrit dans notre adn de vivre à proximité d’autres personnes de voyager en compagnie d’autres personnes et les contacts c’est ce que nous devrions prioriser en tout temps dans nos relations sociales et c’est la plus grande leçon de vie que peut nous donner cette pandémie.

Leçon 4 : La seule chose que nous pouvons contrôler ce sont nos réactions et la réactivité face aux changements de situation qui viendraient bouleverser nos projets.

Les décisions que vous prendrez aura pour conséquence l’obtention ou non des résultats ou des objectifs que vous vouliez atteindre.

Nous aurons toujours à faire face à des challenges à relever dans nos vie Et par rapport à ce qu’on s’était fixé c’est comment trouver un équilibre entre le challenge que je dois relever et l’atteinte de mes objectifs. C’est comme un puzzle très compliqué ou l’on sait déjà qu’il manquera des pièces une fois terminé

Tout est une question de mindset et comment vous allez contrôler cette situation : Cet état d’esprit vous permet de vous saisir de l’échec comme d’une opportunité d’apprentissage et d’évolution. Comme d’un moyen comme un autre qui vous permet d’avancer et de trouver la meilleure méthode vers le l’objectif que vous vous êtes fixé

Ce que j’ai aussi appris de cette pandémie c’est que l’être humain est capable de guérir ses douleurs très vite. Nous avons tous beaucoup perdu et traumatisés durant cette pandémie : Liberté de circuler, de se rencontrer, tout ce que nous aimions et que nous avions construit.

Aujourd’hui on peut retrouver de la joie et du bonheur dans les petits espaces de respiration dans cette guerre contre la Covid-19

Si nous on se donne la force on peut réajuster notre approche face ce qu’on est entrain de vivre.

Challenge à venir

Me sauver du complexe de la culpabilité, prochain article et podcast la formule

Likez, partagez, commentez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s