Comment gérer des voisins bruyants : 11 stratégies intelligentes qui fonctionnent

Vous ne savez plus quoi faire face aux nuisances sonores provoquées par votre voisinage ? Musique, cris, disputes, télévision trop forte, fêtes à répétitions. Dans cet article vous apprendrez comment faire face à des voisins bruyants.

Scénario 1 : Il est minuit et vous devez vous lever dans cinq heures pour aller travailler. La chaîne hifi de vos voisins a fait vibrer les murs de votre appartement pendant deux heures, chaque nuit depuis quelques semaines c’est le même vacarme .

Scénario 2 : vous essayez de vous concentrer sur un projet important et le chien du voisin n’arrête pas d’aboyer. Que pouvez-vous faire ?

Dans les deux situations, Vous avez besoin de calme et de tranquillité, sans avoir à déclarer la guerre pour l’obtenir ! C’est tout à fait possible

illustration Chris LO
Illustration Chris LO
  1. Essayez de faire connaissance avec vos voisins et leur situation.

Avant de décider de confronter vos voisins à propos de leurs décibels, vous devez essayer de comprendre leur situation, surtout s’ils sont bruyants depuis peu. En cherchant des réponses aux questions suivantes, vous pourrez mieux savoir comment leur parler.
Ont-ils un nouveau-né ?
Si c’est le cas, ils se rendent certainement compte que leur bébé pleure et essaie de le calmer quand il pleure. En effet, ils sont sans doute beaucoup plus stressés que vous par les crises de leur enfant. Vous pouvez attendre un peu que la famille et le nouveau-né prennent leurs marques et se calment avant de leur parler.

Est que vos voisins Travaillent la nuit ?
Malheureusement, ils peuvent difficilement éviter de faire du bruit lorsqu’ils se préparent à aller travailler (prendre une douche, monter et descendre les escaliers, démarrer la voiture, etc.) ou lorsqu’ils rentrent du travail. Bien sûr, s’ils font trop de bruit (en mettant de la musique au fond pendant leur douche par exemple), vous pouvez leur en parler. Mais si leur volume est normal pour quelqu’un qui se prépare, vous ne gagnerez pas facilement.

Est ce que vos voisins un nouvel animal de compagnie qui n’est pas encore adapté à son nouveau domicile ?
Si c’est le cas, vos voisins et leur nouvel animal de compagnie sont certainement en période d’adaptation. Vous pouvez attendre un moment avant et voir s’ils peuvent dresser correctement leur animal et réduire le bruit qu’il produit.

Illustration Chris LO

Choisissez le bon moment pour parler à vos voisins.


Car vous visez le meilleur résultat à la fin de cette conversation et votre voisin doit être réceptif et comprendre de quoi vous vous plaignez. Il est donc très important de choisir un moment approprié ainsi que le bon endroit pour lui exposer la situation.
Idéalement, essayez de parler avec vos voisins quand ils ne font pas de bruit et quand ils sont calmes. Surtout s’il s’agit d’un problème nocturne, ce qui n’est pas le meilleur moment pour tout le monde et que vous êtes fatigué énervé et gêné quand ils font du bruit.

Essayez de choisir un moment où vous êtes reposé et calme et aussi où vous pouvez penser que votre voisin est dans une situation similaire et qu’il ne se sentira pas piégé. Bien sûr, si le bruit est insupportable, il peut être difficile pour vous d’attendre qu’il se calme. Dans ce cas, vous pouvez vous référer aux sections suivantes dans lesquelles nous allons discuter de ce scénario.

illustration Chris LO
  1. Évitez de prendre votre voisin au piège.

Afin de ne pas pousser votre voisin à adopter une attitude défensive, vous devez essayer de ne pas le surprendre au mauvais endroit et au mauvais moment. Il est préférable d’éviter la confrontation lorsque votre voisin n’est manifestement pas prêt à discuter. Si vous pouvez les avertir que vous devez parler de quelque chose d’important et convenir ensemble d’un créneau pour le faire, c’est encore mieux. Par exemple, ce n’est pas une bonne idée d’aller voir vos voisins quand ils rentrent du travail ou dans le stress du matin quand ils doivent aller au travail et emmener les enfants à l’école.

Plutôt que de demander à vos voisins de vous accorder toute leur attention ici et maintenant, vous pouvez attendre qu’ils aient fini ce qu’ils font et entamer la conversation comme suit : « Bonjour Mme trucmuche, je vois que vous êtes occupée maintenant, mais auriez-vous un moment pour parler plus tard dans l’après-midi ? Je voudrais parler d’un problème de bruit et trouver une solution ensemble ».

  1. Soyez poli, respectueux et amical, si possible.

Il peut y avoir un moment où vous devez vous imposer si votre voisin ne fait rien pour réduire le bruit qu’il produit, mais lors de la première confrontation, vous ne devez pas être hostile. Vos voisins seront plus réceptifs si vous les abordez calmement et poliment. Au lieu de frapper violemment à leur porte et de leur crier en ouvrant « Je ne peux pas dormir à cause de vos enfants ! Essayez de modérer vos propos et commencez la conversation en leur demandant comment ils vont ces derniers temps.

Illustration Chris LO

Voisins bruyants : vous optez pour la gentillesse

Soyez gentil avec vos voisins.
Par exemple, vous pouvez aller voir vos voisins à propos du bruit que fait leur chien et ses aboiements qui vous dérangent . Dans ce cas, tant que vous n’êtes pas allergique aux chiens et que l’animal n’est pas agressif, vous pouvez aller voir vos voisins et caresser leur chien et le complimenter en leur disant qu’ils ont un très bel animal.
Et vous pourrez alors engager la conversation sur votre problème : « Spot est un chien magnifique et il est déjà attaché à ses maîtres ! C’est pourquoi je viens te voir, car quand vous n’êtes pas à la maison, et que il aboie et pleure toute la journée. Peut-être que vous lui manquez et qu’il n’aime pas être seul. J’ai pensé que nous pourrions trouver un moyen de résoudre ce problème ».

  1. Expliquez à votre voisin qu’il vous dérange.

Vos voisins prendront votre plainte plus au sérieux et essaieront de réduire leurs émissions sonores si vous trouvez un moyen de vous faire paraître sympathique à leur yeux.
Une fois que vous avez expliqué à vos voisins quelles activités ou quels comportements vous troublent, expliquez-leur comment cela affecte négativement votre vie. Montrez-leur bien que ce n’est pas eux le problème, mais que c’est le bruit et la façon dont il vous dérange. Par exemple, si leur musique vous empêche de dormir la nuit, vous pouvez essayer l’approche suivante :
« Bonjour melle Clemenceau , vous avez de bons goûts musicaux et j’aimerais que vous me passiez votre playlist la nuit dernière. Malheureusement, les murs entre nos deux appartements sont très fins et j’ai vraiment eu du mal à dormir à cause de la musique. Je dois me lever tôt pour aller travailler, donc c’est assez problématique ».

Voisins bruyants : Proposez une stratégie.


Au lieu de demander simplement à votre voisin de « la fermer » et de ne pas faire de bruit, il vaut mieux arriver avec un plan préparé. Vous devez faire comprendre à votre voisin comment vous aimeriez que la situation s’améliore.
Proposez un plan raisonnable qui respecte la liberté de vos voisins et la vôtre afin que tout le monde puisse bien vivre dans sa maison.

Par exemple, si votre problème est que le chien de votre voisin n’arrête pas d’aboyer lorsqu’il n’est pas à la maison, vous pouvez lui suggérer de l’amener avec lui au travail , s’il le peut, ou de lui trouver un Pet sitter pour une partie de la journée ou de proposer vos service en temps que Pet Sitter. Vous pouvez également suggérer à votre voisin de laisser la télévision ou la radio allumée lorsqu’ils ne sont pas chez eux. Cela peut rassurer le chien et, avec un peu de chance, l’empêcher d’aboyer.


Si c’est la musique de votre voisin vous empêche de dormir, plutôt que de lui demander d’arrêter de la mettre, vous pouvez lui suggérer la chose suivante : « Puisque je me couche à 22 heures, pouvez-vous arrêter de mettre de la musique ou utiliser des écouteurs après cette heure ?« 

  1. Soyez proactif et débarrassez vous de votre problème en étant assertif

Tout le monde a des voisins qui font du bruit de temps en temps et nous pouvons généralement nous débrouiller à vivre les uns à coté ds autres sans trop de problèmes. Néanmoins, il se peut que vous soyez en période de changement et qu’un entretien d’embauche approche ou que vous changiez d’horaires de travail et que vous craigniez que le bruit de vos voisins devienne un problème pour vous.
Si c’est le cas, il vaut mieux être proactif et faire savoir à vos voisins que vous aurez besoin de calme dans la période à venir. Par exemple, quelques jours avant cet événement important ou votre changement d’horaire, vous pouvez aller sonner à la porte de vos voisins pour leur en parler :  » bonjour monsieur MONTLOT, j’ai mes partiels qui arrivent la semaine prochaine et j’ai besoin de calme pour réviser. Pourriez-vous annuler votre répétition avec votre groupe ou changer de lieu de répétition pour une fois ? Cela m’aiderait beaucoup car j’ai du mal à me concentrer avec le bruit . » Je n’ai,pas trouvé d’autre endroit où réviser et la réussite de cet examen est très important pour valider mon passage au niveau supérieur« 

Quelques stratégies de communication peuvent permettre d’apaiser une situation tendue.

  1. Rédigez-leur une note.

Même si parler directement à vos voisins est la solution la plus mature pour résoudre votre problème et aussi la plus efficace si vous arrivez à les comprendre et à nouer des liens de voisinage avec eux, vous vous sentirez peut-être plus à l’aise avec vos voisins, en leur écrivant pour exposer votre situation.
Si vous ne connaissez pas vos voisins et que vos horaires respectifs ne vous permettent pas de vous rencontrer dans les parties communes de votre immeuble ou à l’extérieur de votre domicile, leur laisser un mot polit dans leur boîte aux lettres ou sur leur porte peut être efficace pour les alerter du problème. Expliquez le problème avec vos mots : expliquez pourquoi vous entendez le son de leur télévision à 23 heures quand vous essayez de dormir et dites que le son est si fort que vous pouvez entendre les conversations entre les personnages du film qu’ils regardent. N’hésitez pas à proposer une solution dans votre mot : par exemple, suggérez de baisser le volume d’un tiers ou demandez-leur de placer leur télévision à l’autre bout de la pièce, loin du mur adjacent. Conservez une copie datée de vos échanges écrits et paroles échangées , au cas où vous ne verriez pas d’amélioration de la situation.

Illustration Chris Lo

7. Evaluez le bruit que font vos voisins.

Gardez à l’esprit que si vous entendez vos voisins, cela ne signifie pas nécessairement qu’ils sont trop bruyants et qu’il serait juste de leur demander de faire moins de bruit. N’oubliez pas que les gens ont le droit de faire du bruit chez eux. C’est une question de jugement bien sûr, ce qui est ennuyeux pour quelqu’un peut être insupportable pour quelqu’un d’autre, ce sont des termes subjectifs. Dans vos réflexions sur la nécessité d’aller voir vos voisins pour leur parler, demandez-vous si le bruit qu’ils font vous empêche vraiment de dormir, de travailler et de regarder vos programmes à la télévision ou d’écouter votre propre musique. Si c’est le cas, une conversation devient nécessaire.

Nombre de sujets de conflits ne sont que des prétextes pour exprimer une agressivité.

Si, au contraire, votre problème est que vous entendez les enfants de votre voisin jouer dehors l’après-midi alors que vous essayez de lire un roman, demander à vos voisins d’empêcher leurs enfants de faire du bruit peut être considéré comme un désir de nuire à vos voisins. Peut-être pouvez-vous simplement changer de pièce ou mettre des bouchons d’oreille quand vous lisez.

  1. En savoir plus sur la législation en vigueur.

Si le dialogue avec vos voisins ne s’est pas amélioré ou si vous voulez éviter d’avoir une conversation en tête à tête, vous pouvez vous préparer à faire appel à une autorité, la police, votre propriétaire ou les gérants d’immeubles. Si vous vivez dans une copropriété ou un immeuble d’habitation, votre bail ou votre location contient certainement une clause sur le bruit que vous pouvez faire ou non à l’intérieur des bâtiments. Vérifiez ces documents pour vous assurer que votre voisin n’est pas dans son droit avant d’en informer les autorités.

Les nuisances sonores sont diverses (bruit de perceuse ou de tondeuse, cris et/ou claquements de portes, son de la musique ou de la télévision…) mais constituent toutes un trouble de voisinage anormal, sanctionné par la Loi !

  • Le tapage diurne
    En journée, le bruit est considéré comme un trouble anormal de voisinage lorsqu’il est répétitif, intensif, ou qu’il dure dans le temps.
  • Le tapage nocturne
    Contrairement à une croyance populaire, le tapage nocturne n’a pas d’horaires définis (la plage horaire 22h/7h revient souvent). Il concerne tous les bruits émis la nuit, et ce même s’ils ne sont pas répétitifs, intensifs, ou de durée prolongée, dès l’instant où l’auteur du bruit a conscience de la nuisance occasionnée et qu’il ne prend pas les mesures nécessaires pour y mettre fin.
  • Les sanctions prévues par la Loi en cas de tapage
    En cas de nuisances sonores, l’auteur peut se voir infliger une amende de 68€ en cas de règlement immédiat ou sous moins de 45 jours, majorée à 180€ au-delà de ce délai.
    à noter : pour faire constater le trouble, vous pouvez faire appel à la Police, à la Gendarmerie ou à la Police municipale (sous réserve que le bruit respecte les définitions de nuisances énoncées plus haut). Le constat de l’infraction se fait sans
  • Rappelez à vos voisins la législation en vigueur en matière de bruit.

Le législateur (article R. 1337-7 du Code de la santé publique) vise ainsi « le fait d’être à l’origine d’un bruit particulier […] de nature à porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme ».
L’article R. 623-2 du Code pénal s’applique pour sa part aux « bruits ou tapages injurieux ou nocturnes troublant la tranquillité d’autrui ». Il ne s’agit pas seulement des bruits audibles depuis la voie publique, mais de tous les bruits audibles d’un logement à un autre.

Avant de contacter la police ou la copropriété, il serait idéal d’essayer de résoudre le problème entre voisins, même si ce n’est pas toujours possible. Si vous en avez l’occasion, envoyez à vos voisins une copie du contrat de location ou du contrat de bruit en vigueur qu’ils ont également signé avant d’emménager. Vous pouvez le faire en personne ou par courrier dans sa boîte aux lettres. Cela leur rappellera les règles et leur servira d’avertissement. Dites-leur que si le bruit ne diminue pas, la prochaine étape sera de se plaindre aux autorités.

  1. Contactez les autorités.

Si votre voisin ne répond pas et que vous ne voyez pas d’amélioration dans le problème ou même si c’est la première fois que vous avez des problèmes de bruit mais que c’est vraiment insupportable et incontrôlable, vous devez contacter la police ou les propriétaires de votre appartement . Appelez la police en dernier recours en cas de situation bruyante ou extrême. Choisissez cette solution s’il s’agit d’un problème de longue date et si vos voisins n’ont pas été coopératifs et que vous ne pouvez pas faire appel à votre propriétaire ou à votre syndic de copropriétaires. Appelez la police chaque fois que vous sentez un danger potentiel ou que vous pensez que le bruit est dû à des violences domestiques ou à des activités illégales. Vous ne devez en aucun cas vous mettre en danger et il est également important d’aider ceux que vous pensez être en danger. Si vous appelez la police, appelez dès que vous entendez du bruit. Il y aura alors plus de chances que votre voisin soit pris « sur le fait », arrêté et condamné à une amende si nécessaire. Contactez votre propriétaire, l’administrateur de votre immeuble ou la copropriété pour les problèmes de nuisances sonores moins importants. Si le problème concerne le chien de votre voisin, appelez une autorité compétente en matière d’animaux si vous n’avez pas pu résoudre le problème en amont avec votre voisin.

À qui s’adresser ?

  • Brigades et équipes de contrôle technique anti-nuisances (police ou gendarmerie).
  • D.D.A.S.S. (directions départementales des affaires sanitaires et sociales), outillées pour mesurer le bruit.
  • D.D.E. (directions départementales de l’équipement) pour le contrôle de la conformité des logements et des bruits des transports terrestres.
  1. Déposer une plainte.

En dernier recours, vous pouvez déposer une plainte contre vos voisins. Vous devez y réfléchir, car une guerre entre voisins peut devenir difficile à gérer, même si c’est le meilleur argument pour faire valoir vos droits. Vous pouvez opter pour un procès où votre voisin devra payer une amende. Vous pouvez également opter pour une procédure lourde, qui se déroulera sur le long terme et qui implique que vous devez être défendu par un avocat. Conseils Lorsque vous parlez à vos voisins de votre problème, essayez de le faire en terrain neutre, comme le trottoir ou votre palier. Il peut également être judicieux d’aller en tête-à-tête avec votre voisin, votre conjoint, un membre de votre famille ou un ami, surtout si vous pensez que la conversation peut vous mettre en danger. Si vous avez peur de ne pas être en sécurité, n’affrontez pas vos voisins face à face. Préférez la possibilité d’envoyer une lettre, de faire appel à une autorité ou de vous plaindre auprès de votre propriétaire. Si vous êtes mineur, ne confrontez pas directement vos voisins, mais demandez à vos parents ou à votre tuteur de le faire.

Savoir évaluer la dangerosité d’un individu est essentiel pour se prémunir du danger de violence.

Dernier recours – le pénal pour faire condamner le fautif

Les comportements fautifs ne sont des ­infractions pénales que si le texte qui les ­interdit prévoit une sanction. C’est le cas du bruit. Le trouble de voisinage relève alors soit du juge de proximité, compétent pour les contraventions des quatre premières classes passibles d’une amende jusqu’à 750 euros, soit du tribunal de police pour les infractions de la cinquième classe passibles d’une amende jusqu’à 1 500 euros. Lorsqu’ils sont intentionnels, certains troubles constituent un délit, jugé en correctionnelle.
Pour saisir la juridiction pénale, deux solutions. Ou bien vous portez plainte auprès du commissariat de police ou de la gendarmerie. Ou bien vous adressez une lettre au procureur de la République. Si des poursuites sont engagées par le procureur, vous pouvez vous constituer partie civile afin d’obtenir des dommages et intérêts en réparation de votre préjudice. Le jour de l’audience, le juge vous demandera de chiffrer ce montant, par écrit ou oralement. La somme accordée s’ajoutera alors à l’amende dont il fixera la somme.

Illustration Chris Lo

Je tiens à vous remercier d’avoir pris le temps de lire cet article, n’hésitez pas à écouter mon podcast sur la façon de gérer des voisins bruyants. J’espère sincèrement que son contenu vous a été d’une grande utilité.

La formule

Note : 1 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s